Articles Tagués ‘concert midi & demi’

Les Concerts de Midi & Demi

Publié: 22/03/2013 par leaehed dans Billets, Evénements
Tags:,

Les Concerts de Midi & Demi, organisés par l’École Normale de Musique de Paris Alfred Cortot depuis 1981, se déroulent à la salle Cortot dans le 17ème arrondissement chaque mardi et jeudi à 12h30. Les façades d’apparence plutôt lisses de Paris renferment parfois de superbes secrets qui méritent d’être découverts. En effet, en pénétrant dans la salle Cortot, on hume un léger parfum de vieux bois. A la fois intimiste et impressionnante, la salle, vaste de 400 places est un appel à s’arrêter pour la contempler. On nous apprend qu’elle est classée monument historique et que sa structure, imaginée par l’architecte Auguste Perret, est entièrement composée de bois. Sa forme rappelle la caisse de résonance d’un violon. C’est en partie pour cela, et aussi parce que la salle Cortot bénéficie d’une excellente acoustique, que l’on dit que cette salle « résonne comme un Stradivarius ».

Il est 12h27, dans trois minutes le concert commencera en ce mardi 26 février. Un léger bourdonnement est perceptible parmi les nombreux habitués et curieux réunis en ce lieu unique. Du haut des derniers rangs, on peut remarquer que la salle est bondée. Le murmure des voix s’apaise soudain lorsqu’une ombre de déplace silencieusement sur la scène. D’ordinaire, ce sont les étudiants de haut niveau de l’école qui se produisent sur scène. C’est l’occasion pour eux de s’exercer devant un public et de préparer leurs examens en vue de l’obtention de leur diplôme. Aujourd’hui, l’annonce est faite, le concert reflète d’un caractère particulier puisque se produisent deux anciennes de l’école, de passage à Paris. Il s’agit de deux lauréates du diplôme Supérieur de Concertiste en piano et en musique de chambre, Ekaterina Baranov et Olga Panova, et elles vont nous offrir une heure d’évasion pour un concert à deux pianos. Au programme, des œuvres peu connues, pour les non érudits, de Schumann, Debussy, Atehortua, Ravel et Stravinsky.

Une heure d’envoûtement et de pure magie. La symbiose entre les deux musiciennes est visible : la complicité qui les lie passe par des jeux de regard et d’écoute. L’harmonie des deux pianos qui s’en échappe est particulièrement bouleversante. On comprend à cet instant ce que veut dire « vivre la musique ». Chacune à leur fçon, Ekaterina Baranov et Olga Panova sont transportées par les notes jouées. L’expression du visage, tantôt animée, parfois fermée ou mélancolique se transforme au rythme de la partition. Les concertistes ne restent pas immobiles, elles vivent au rythme de la musique, bougeant sur le siège ou fermant les yeux. Le spectateur aussi se surprend à fermer les yeux quelques instants pour laisser la musique l’envahir. Mais bien vite, les yeux se tournent de nouveau devant ses deux virtuoses du piano. La technique irréprochable impressionne : les mains courent sur le clavier, les deux pianistes jouent à l’unisson comme si un seul piano se présentait devant les spectateurs époustouflés.

Une heure de pure grâce qui semble trop courte, les rappels prolongent cet état de ravissement encore quelques instants.

Léa

salle cortot

Publicités